Vous partez à la montagne avec e-cigarette, e-liquides, doudoune et après-ski ? Aucun problème, à condition de respecter quelques précautions d’usage pour profiter du paysage tout en faisant des nuages.

 

Mon e-cigarette craint-elle le froid ?

 

Côté matériel, soyez rassuré : à moins d’être exposées à des températures polaires, les parties mécaniques et même électroniques de votre vapoteuse tiendront parfaitement le choc. Prévues par les constructeurs pour un fonctionnement optimal entre 0°C et 40°C, elles vous laissent néanmoins une large marge de manœuvre. Le métal, le plastique et le Pyrex de votre réservoir, notamment, résistent aux grands écarts thermiques et ne craignent que les chocs.
Gardez-les cependant bien à l’abri de la condensation, car l’humidité dans le réservoir ou l’appareil pourrait endommager l’électronique. Il suffit pour cela de prévoir une pochette étanche à glisser dans votre poche ou votre sac.
Moyennant ces quelques précautions, vous pouvez donc vapoter en toute quiétude sur le télésiège — en vous assurant d’avoir rempli votre clearomiseur (on vous défie de le dévisser avec des moufles) et bien chargé votre batterie, car c’est de ce côté-là que vous pourriez avoir de mauvaises surprises.

 

Gardez vos batteries au chaud

 

Peut-être avez-vous remarqué que vos appareils électroniques, téléphones ou appareils photo, ont tendance à se décharger voire à s’éteindre quand la température baisse. Pour votre e-cigarette, c’est pareil. Les batteries n’aiment pas les écarts de température et leurs performances diminuent lorsque le thermomètre descend.
Pensez donc à les garder bien au chaud dans une poche intérieure. Et n’hésitez pas à emporter un appareil ou une batterie de remplacement en cas de défection, qui ne sera que temporaire car tout rentrera dans l’ordre dès que vous aurez retrouvé un environnement moins hostile. Ne rechargez jamais une batterie trop froide ou par des températures négatives, et laissez-lui le temps de se réchauffer tranquillement dans une pièce tempérée (autour de 20°C) avant de la brancher, sans quoi, elle pourrait subir des dommages irréversibles. Ce conseil vaut pour tous vos appareils électroniques.

Gare aux fuites de e-liquide en altitude

Il se peut qu’avec la montée en altitude, la diminution de la pression de l’air aidant, votre réservoir connaisse quelques fuites par les arrivées d’air. Pour prévenir ce phénomène, vous pouvez vaper pour équilibrer la pression, ou bien, si vous n’en avez pas la possibilité, transporter cartouches et clearomiseurs la tête en bas.
Dans tous les cas, pensez à les emporter dans une pochette étanche, qui évitera aussi à votre matériel d’être exposé à l’humidité ambiante (voire de finir dans la neige).

 

L’e-liquide

 

Non, votre e-liquide ne gèlera pas, même pas grand froid ! Cependant, si le propylène glycol ne « bouge » pas à très basse température, la glycérine végétale, elle, devient plus visqueuse. Cela ne dégradera pas pour autant la qualité de votre e-liquide. La glycérine végétale augmente cependant les risques d’encrassement de votre résistance. Sur les pistes, préférez donc des liquides plus équilibrés en propylène glycol. Moins de nuages, donc, mais il vous suffit de regarder devant vous pour les admirer grandeur nature !

Partager

Haut de page

GET 10% DISCOUNT ON YOUR FIRST BLU ORDER!

Sign up to be the first to know about upcoming deals and receive 10% off your first order.

Non merci