La résistance de cigarette électronique est un consommable essentiel : en chauffant le liquide, elle produit la vapeur, procure le « throat hit », ce picotement dans la gorge recherché par les fumeurs, et restitue les saveurs. Quand elle est adaptée à votre e-cigarette, la résistance permet d’atteindre le « sweet spot », cette bonne vape qui vous accompagne au quotidien. Voici quelques conseils pour bien la choisir, pour un maximum de plaisir.

 


 

Comment fonctionne une résistance ?

 

La résistance de votre clearomiseur est composée d’un fil résistif et d’une mèche (ou bourre) en fibre de silice, de verre ou de coton qui s’imbibe d’e-liquide. Mesurée en ohms, sa valeur plus ou moins grande joue sur vos sensations au niveau des saveurs, du volume et de la température de la vapeur, et donc du « hit » en gorge.

Pourvue d’un pôle positif et d’un pôle négatif, la résistance est parcourue par un courant électrique dont l’intensité est liée à la tension (mesurée en volts) entre ces bornes. Quand elle est chargée à 100 %, la batterie de votre e-cigarette délivre une tension maximale, qui décroît au fur et à mesure de son utilisation. Pour conserver les mêmes sensations, il faut donc augmenter le voltage, réglable manuellement au moyen d’une bague en bas de certaines batteries classiques. Les mods électroniques ajustent quant à eux automatiquement le voltage jusqu’à épuisement de l’accu.

La donnée essentielle à retenir, à l’usage, est surtout la puissance (mesurée en watts), dont les variations permettent, comme le voltage, de moduler la température de la vapeur et la puissance du hit. Plus la valeur de la résistance est basse, plus la batterie doit être puissante. Le niveau de réglage idéal se situe :

  • pour une résistance supérieure à 1 ohm : entre 8 et 20 watts
  • pour une résistance inférieure à 1 ohm : entre 20 et 200 watts

 

Quelle résistance pour quel type de vape ?

 

Comme la majorité des vapoteurs, vous appréciez la vape indirecte, dite MTL (« Mouth to Lung »), proche de l’expérience du fumeur : vous inhalez la vapeur en deux temps, en la retenant un instant en bouche avant de l’aspirer vers les poumons. Pour satisfaire vos besoins en nicotine, vous vapotez généralement des e-liquides à des taux supérieurs à 6 mg/ml. Vous avez besoin de choisir une résistance de cigarette électronique dont la valeur sera comprise entre 1,2 et 2,5 ohms. Plus la valeur de cette résistance est élevée, plus la vapeur sera froide.

Comme de nombreux vapoteurs avancés, vous appréciez la vape directe, dite DTL (« Direct to Lung »), plus proche de l’expérience des fumeurs de chicha, et aspirez la vapeur directement vers les poumons. Vous vapotez des e-liquides moins fortement dosés en nicotine. Vous avez besoin d’un matériel puissant et de résistances dites « subohm », d’une valeur inférieure à 1 ohm, qui produisent beaucoup de vapeur.

 

Quelle résistance pour quel matériel ?

 

Il est indispensable d’adapter la valeur de votre résistance à la tension de votre batterie pour atteindre votre « sweet spot ». Si le courant qui passe dans la résistance n’est pas assez intense, le volume de vapeur sera faible et les saveurs plutôt fades. S’il est trop intense, la résistance de votre cigarette électronique risque de brûler, rendant le vapotage impossible : votre appareil ne fonctionne plus correctement, le goût est insupportable et la vapeur dégagée contient potentiellement des aldéhydes, des substances nocives générées par la combustion de la mèche.

  • Vous possédez une batterie classique, avec ou sans voltage variable : privilégiez les résistances de 1,5 à 2,5 ohms. Jusqu’à 1,8 ohm, la vapeur sera chaude ; entre 1,8 et 2,2 ohms, la vapeur sera tiède ; entre 2,2 et 2,5 ohms, la vapeur sera froide.
  • Vous possédez un mod ou une box électronique : si vous vapotez en inhalation indirecte, privilégiez les résistances de 1 à 1,8 ohm à une puissance de 15 watts maximum. Si vous appréciez l’inhalation directeen subohm : privilégiez les résistances de 0,5 à 1 ohm et plus de puissance.

Vous possédez un mod ou une box mécanique : réservés aux vapoteurs experts, ces modèles sont dépourvus de protection de sécurité et fonctionnent avec des résistances entre 0,5 et 0,8 ohm.

 

Quelle résistance choisir ?

 

À moins que vous n’ayez l’âme d’un passionné, habile de ses mains, et fabriquiez vos propres résistances, nous vous recommandons de vous fournir auprès des fabricants reconnus, comme KangerTech, Aspire ou Joyetech. De nombreuses technologies sont disponibles sur le marché.

  • Résistances à mèches longues de type CE4 ou T2. Robustes et peu onéreuses, idéales pour commencer sur du matériel de type Kanger 2 ou Blu Pro, elles sont équipées de mèches de silice, de verre ou de coton dont les longs poils font monter le liquide par capillarité vers la résistance. Bon rapport qualité/prix.
  • Résistances simples BCC (ou « Single coil ») : équipées d’un fil simple et d’une mèche courte, elles produisent une vapeur tiède à chaude et restituent convenablement les saveurs. Bon rapport qualité/prix.
  • Résistances doubles BDC (« Dual coil ») : équipées d’un double fil résistif, elles présentent une surface de chauffe plus importante et produisent une vapeur plus dense. D’un bon rapport qualité/prix, elles consomment 10 à 20 % de liquide en plus en fonction de la puissance à laquelle elles sont soumises.
  • Résistances verticales BVC (« Bottom Vertical Coil ») : placées dans une cheminée verticale, elles produisent une vapeur généreuse et restituent bien les saveurs. Durée de vie prolongée et bon rapport qualité/prix.
  • Résistances subhom : d’une valeur inférieure à 1 ohm, elles produisent à forte puissance, avec leur coton bio ou leur céramique poreuse coulée autour du fil résistif, une vapeur dense et très généreuse. Destinées à un matériel spécifique et à des e-liquides très visqueux (fort taux de glycérine végétale), elles coûtent cher à l’usage. Pour les experts à gros budget.

 

On veillera à ne pas surchauffer la résistance de la cigarette électronique, en se rappelant quelques règles simples :

  • Ajustez la puissance de votre batterie à la valeur de votre résistance. Plus la valeur (en ohms) de la résistance est basse, plus elle exige de puissance (en watts) pour fonctionner. Et donc, plus la valeur (en ohms) de la résistance est haute, plus cette puissance (en watts) doit être faible.
  • Amorcez bien vos résistances, en laissant à la mèche en contact avec le fil résistif le temps de s’imbiber d’e-liquide. Pour accélérer le processus, imbibez la mèche de quelques gouttes de liquide, remplissez le réservoir, fermez l’air flow de votre clearomiseur et aspirez une dizaine de fois sans opérer de pression sur le switch de votre appareil.
  • Évitez le « dry hit », ou « bouffée sèche », en veillant à conserver un niveau d’e-liquide suffisant pour imbiber la mèche de votre résistance. Respectez aussi des temps de pause d’une dizaine de secondes entre chaque inhalation, pour permettre au fil résistif de refroidir. Vous prolongerez la durée de vie de votre résistance et éviterez ce qu’on appelle le « dry hit », une sensation très désagréable qui dégage en plus des substances potentiellement nocives.

 

Quand changer de résistance ?

 

La résistance est un consommable : en chauffant, la vaporisation forme un dépôt qui encrasse le fil résistif. Avec le temps, il faut donc en changer. Bon à savoir : les arômes naturels et les saveurs gourmandes, ainsi que les liquides visqueux à fort taux de glycérine végétale usent plus vite les résistances.

  • Les premiers signes d’usure apparaissent quand la vapeur devient moins abondante et la saveur plus fade.
  • Dans le fût de votre clearomiseur, l’e-liquide prend une vilaine couleur caramel et il est de plus en plus difficile de « tirer ».
  • Enfin, si votre clearomiseur fuit, il est probable que la résistance est mal vissée, à moins qu’elle soit trop encrassée pour retenir l’e-liquide.

Il est possible de prolonger de quelques jours la durée de vie de votre résistance en la lavant à l’eau chaude afin de la décrasser. Veillez ensuite à bien la faire sécher avant de la réinstaller.

 

Comment changer la résistance ?

 

C’est très simple :

  • Dévissez la batterie de votre e-cigarette.
  • Si votre clearomiseur se remplit par le haut, dévissez le drip tip (ou embout buccal). S’il se remplit par le bas, dévissez la bague air flow.
  • Dévissez la résistance usagée et nettoyez la base du clearomiseur.
  • Vissez bien la nouvelle résistance, imbibez la mèche de quelques gouttes d’e-liquide et remplissez le réservoir du clearomiseur.

Amorcez votre résistance : sans allumer votre batterie et air flow fermé, aspirez une dizaine de fois et patientez plusieurs minutes avant de vapoter, pour vous assurer que la fibre au contact du fil résistif est bien imbibée.

Partager

Haut de page

GET 10% DISCOUNT ON YOUR FIRST BLU ORDER!

Sign up to be the first to know about upcoming deals and receive 10% off your first order.

Non merci