Dans la vape, il y a les geeks et les autres, les experts et les novices, ceux pour qui le vocabulaire technique n’a aucun secret et ceux qui décrochent au mot « clearomiseur ». Si vous avez du mal à suivre une conversation avec un vendeur ou vous sentez perdu sur un site spécialisé, pas de panique, nous vous avons concocté un petit glossaire de l’univers – pas si complexe – de l’e-cigarette.

 


 

Allez vers

A - O I P - Z

 

Arôme 
C’est le « jus » concentré qui définit la saveur de l’e-liquide. Bio ou non, il est dit « naturel » lorsqu’il est issu, par des procédés de transformation bien définis, de matières premières naturelles. Un arôme artificiel désigne, lui, un produit de synthèse, fabriqué chimiquement. On les trouve à hauteur de 5 à 10% dans les e-liquides. Naturels ou artificiels, ces arômes sont obligatoirement « de qualité alimentaire » ou « vapologique », ce qui signifie qu’ils peuvent être ingérés et inhalés sans danger pour la santé. Mais ce ne sont pas pour autant des arômes alimentaires qui, eux, sont faits pour être mangés et ne peuvent être vapotés. On classe généralement les arômes présents dans les e-liquides en 4 ou 5 familles : les tabacs, les fruités, les mentholés, les gourmands et éventuellement les boissons et cocktails.

Atomiseur
C’est la tête de chauffe, constituée d’une résistance et d’une mèche en fibre de silice, de verre ou de coton, qui vaporise le liquide sous l’effet du courant électrique généré par la batterie. Ce consommable est souvent remplaçable, mais pas de façon systématique. 

Batterie
La batterie est le dispositif électrique qui permet de faire chauffer la résistance du clearomiseur pour vaporiser l’e-liquide. Elle est dite « manuelle » quand elle est équipée d’un « switch » : la résistance chauffe tant que l’utilisateur appuie sur ce bouton. Elle est dite « automatique » quand l’aspiration du vapoteur suffit à l’actionner. De forme cylindrique ou box, interchangeable ou non, sa coque contient une pile le plus souvent au Lithium-Ion, protégée par un circuit électronique contre les surcharges, les courts-circuits et les décharges intempestives et supportant d’être rechargée partiellement des centaines de fois. 

Box
Une box est une cigarette électronique ressemblant à une boîte et contenant une batterie intégrée ou des accus. Très ergonomique, sa forme a créé une rupture avec les e-cigarettes cylindriques de première génération. Souvent dotées d’un écran digital, les boxes électroniques intègrent un chipset qui garantit la sécurité de l’utilisateur et permet à ce dernier de procéder à différents réglages (la tension, exprimée en volts, et la puissance, exprimée en watts). À l’origine réservées aux vapoteurs avancés, les boxes s’adressent aujourd’hui à des profils d’utilisateurs très variés. 

Cartomiseur
Issu de la contraction de « cartouche » et d’« atomiseur », le terme (également abrégé en « carto ») désigne un corps cylindrique généralement terminé par une connexion 510 et contenant un ensemble résistif (bourre + résistance), qui produit une vapeur dense, tiède à chaude, à tirage serré, et restitue bien les saveurs. Non réparable, il doit être régulièrement changé. Il doit être amorcé pour bien fonctionner : sans allumer votre batterie et air flow fermé, aspirez une dizaine de fois et patientez plusieurs minutes avant de vapoter, pour vous assurer que la fibre au contact du fil résistif est bien imbibée.

Clearomiseur
Le clearomiseur est un élément essentiel de votre e-cigarette, composé d’un réservoir (souvent transparent ou équipé d’une fenêtre pour vérifier le niveau d’e-liquide), d’un embout buccal (ou drip tip), de connecteurs à sa base et d’une tête de chauffe (ou atomiseur) constituée d’une résistance et d’une mèche (ou bourre) qui conduit le liquide jusqu’au fil résistif par capillarité. En chauffant sous l’effet du courant électrique produit par la batterie, ce fil vaporise le liquide, puis la vapeur est inhalée par l’utilisateur. Les premières générations de clearomiseurs, toujours appréciés des amateurs de vapeur chaude, comportent une résistance munie de mèches longues et placées en haut du réservoir (« TCC », pour « Top Coil Clearomiseur »). Les nouveaux dispositifs fonctionnent avec des résistances renouvelables ou reconstructibles, installées dans la partie basse du réservoir (« BCC », pour « Bottom Changeable Coil »). Ils produisent une vapeur tiède à froide. La plupart des modèles sont aujourd’hui dotés d’une bague « air flow », qui permet de serrer plus ou moins le tirage. 

Directe et indirecte (inhalation)
Il s’agit tout simplement de la manière dont vous vapotez, qui conditionne le choix de votre matériel et de votre e-liquide (notamment le taux PG/VG). L’inhalation indirecte, la plus courante, est celle du fumeur de cigarettes : la vapeur parvient à la bouche et s’arrête un instant dans la gorge avant de descendre vers les poumons. Ce type de vape permet l’utilisation d’e-liquides dosés en nicotine à plus de 6 mg/ml et composés d’au moins 50 % de propylène glycol, pour favoriser le « hit » en gorge et la restitution des arômes. L’inhalation directe est celle du fumeur de chicha ou du vapoteur plus expérimenté : la vapeur parvient directement dans les poumons. Elle est particulièrement adaptée à ceux qui vapotent des e-liquides riches en glycérine végétale et moins fortement dosés en nicotine, sur du matériel « subohm » (résistances de valeur basse) qui produit beaucoup de vapeur à forte puissance. 

Drip tip
Le drip tip est l’embout buccal de la cigarette électronique par lequel vous inhalez la vapeur. Long ou plat, large ou plus étroit, en résine, bois, acrylique ou métal… il en existe de toutes sortes, du plus minimaliste au plus sophistiqué, qui modifient les sensations en fonction du type de vape que vous préférez. À vous de choisir et de customiser votre e-cigarette selon vos goûts !

Dripper 
Conçu à l’origine pour la dégustation des saveurs versées en très petites quantités (quelques gouttes) directement sur la résistance, un dripper est un atomiseur reconstructible sans réservoir, composé de connecteurs, d’une mèche et d’un fil résistif produisant une vapeur tiède ou chaude. Il restitue particulièrement bien les saveurs. Certains clearomiseurs sont aujourd’hui équipés de drippers intégrés dans un tank (ou réservoir), ce qui permet de déguster une plus grande quantité d’e-liquide. Son nettoyage est très facile, puisqu’il suffit de changer la fibre pour tester ou vaper un autre e-liquide. 

E-cigarette
Inventée au début des années 2000 par Hon Lik, un pharmacien chinois souhaitant trouver « fumer sans fumée », la cigarette électronique (dite aussi « e-cigarette », « vapoteuse » ou « vaporisateur ») est un dispositif électrique sans combustion ni tabac, qui produit une vapeur destinée à être inhalée sans danger par l’utilisateur. Schématiquement, elle comprend un réservoir, une résistance et une batterie. Cette dernière fournit l’énergie nécessaire pour chauffer la résistance et vaporiser l’e-liquide contenu dans le réservoir. L’utilisateur peut ainsi « vapoter » les saveurs de son choix, préserver son geste, ses habitudes, et obtenir sa « dose » de nicotine (variable selon les liquides) sans nuire à sa santé ni incommoder son entourage.

E-liquide
« Carburant » de la cigarette électronique, l’e-liquide est ce mélange transparent, légèrement visqueux qui, chauffé dans un clearomiseur, produit de la vapeur. Sans danger pour la santé, il est composé à 80 à 90% d’un mélange de propylène glycol (PG) ou de végétol et de glycérine végétale (VG), d’eau déminéralisée, éventuellement d’alcool éthylique (ce n’est pas le cas des e-liquides blu), d’arômes concentrés et, facultativement, de nicotine, à des taux variables (généralement 0, 3, 6 ou 8, 16 ou 18 mg/ml, le maximum autorisé étant de 20mg/ml). On le trouve tout fait, « prêt à vaper », conditionné en fioles (de 10 ml maximum pour les liquides contenant de la nicotine) ou en cartouches pré-remplies (pour des appareils de type « podmod » comme la myblu). Il est également possible de le fabriquer soi-même avec les ingrédients de qualité pharmaceutique disponibles dans les magasins spécialisés ou sur Internet, à la rubrique « Do it Yourself ».

Glycérine végétale
Ingrédient de base du e-liquide (avec le propylène glycol et le végétol), la glycérine végétale est une substance connue de longue date, issue à l’origine de la fabrication du savon, omniprésente dans notre quotidien. Ce liquide visqueux, inodore, incolore, au goût légèrement sucré, est abondamment utilisé dans l’industrie pharmaceutique comme excipient (dans les sirops pour la toux et les suppositoires notamment), et dans les préparations cosmétiques, dont elle est un émollient apprécié pour ses propriétés hydratantes et humectantes. On la trouve couramment, pure, parfois bio, dans les boutiques et sur les sites Internet consacrés au bien-être. 
Chauffée, la glycérine végétale produit une vapeur abondante rappelant la fumée et tempère le piquant du propylène glycol en apportant une appréciable rondeur en bouche. Les adeptes de la vape directe, équipés du matériel adéquat, vapoteront des liquides riches en glycérine végétale pour produire de véritables nuages.

Hit
Le « throat hit » est ce picotement dans la gorge que ressentent et recherchent les fumeurs lorsqu’ils tirent sur leur cigarette, et que sait si bien reproduire l’e-cigarette. Il est procuré par le propylène glycol et la nicotine, mais peut aussi être favorisé par l’utilisation d’un arôme plus fort en goût, tel que le menthol, ou d’une batterie plus puissante. À chacun d’adapter son matériel et son e-liquide pour trouver le hit qui lui convient.

Kit
Les « starter kits » ou « kits de démarrage » en français, sont des coffrets comprenant tous les éléments nécessaires pour commencer à vapoter. Ils sont généralement composés d’une cartouche ou d’un clearomiseur, d’une batterie et d’un chargeur (ou cordon de charge micro-USB). Peuvent s’y ajouter des résistances supplémentaires, une batterie et un clearomiseur d’appoint, un second drip tip, un ou plusieurs flacons ou cartouches d’e-liquide pour vous faire découvrir différentes sensations et saveurs. Très pratiques, ils ont la faveur des vapoteurs débutants comme des plus expérimentés souhaitant s’assurer qu’ils bénéficient des meilleurs assemblages.
blu propose 3 kits : myblu (pod à cartouches pré-remplies), blu Pro et blu Ace (« tubes » à clearomiseur et batterie remplaçables).

Mod
Abréviation du terme anglais « modified », le terme « mod » désigne une e-cigarette « modifiée » fonctionnant le plus souvent au moyen d’un ou plusieurs accus rechargeables et non d’une batterie. Les premiers modèles, « mécaniques » (ou « méca »), étaient à l’origine dépourvus d’électronique. Ils intègrent désormais un circuit électronique (ou chipset) chargé d’ajuster et de réguler la tension et la puissance du courant (voltage et wattage variables). De forme tubulaire ou box, les mods permettent de vapoter en inhalation directe au moyen d’une résistance basse (« subohm »). 

Nicotine
Présente naturellement dans les feuilles du tabac, la nicotine est une substance psychoactive aux effets stimulants proches de ceux de la caféine. Elle entre (ou pas) dans la composition des e-liquides (jusqu’à 20 mg/ml). Etant une des causes addictives à la cigarette, la nicotine est une des rares substances de la fumée du tabac à être inoffensive.  Sans danger pour la santé aux doses consommées par les vapoteurs, elle favorise le hit en gorge et le rendu des saveurs dans l’expérience de la vape. 

Propylène glycol
C’est un des ingrédients de base du e-liquide, avec la glycérine végétale et le végétol. Composé chimique lui aussi très courant, le propylène glycol est issu de la pétrochimie ou de la carbochimie (ou, plus rarement, de filières végétales). Confondu parfois avec son « cousin » l’éthylène glycol, qui lui est nocif pour la santé, le propylène glycol peut être utilisé dans d’autres domaines et notamment dans le secteur industriel, depuis la pharmacie jusqu’au textile, en passant par le spectacle et l’alimentation. Dans la vape, il apporte, avec la nicotine, le fameux « hit » en gorge recherché par les fumeurs et les vapoteurs, et stabilise les saveurs. C’est pourquoi dans les liquides destinés aux vapoteurs pratiquant l’inhalation indirecte, le taux PG/VG est fréquemment de 60/40. 

Podmod 
Les podmods sont des cigarettes électroniques de dernière génération, compactes et légères, de petite taille, servant d’appoint ou pour vapoter à faible puissance des e-liquides fortement dosés en nicotine-base ou en sels de nicotine. Ils fonctionnent à partir de cartouches rechargeables ou pré-remplies (comme myblu), et s’enclenchent généralement par simple aspiration. Discrets et peu onéreux, ils mettent la vape à la portée de tous. 

Résistance
C’est l’élément chauffant de votre e-cigarette, essentiel à son fonctionnement. Composée d’un fil résistif et d’une mèche (ou bourre) en fibre de silice, de verre ou de coton organique (sur certains modèles le fil est également coulé dans une céramique poreuse), la résistance vaporise l’e-liquide qui imbibe cette fibre quand elle est soumise à un courant électrique. Bien entretenue et adaptée à votre matériel, elle permet d’atteindre le « sweet spot », cette bonne vape qui vous accompagne au quotidien. Plus ou moins grande, sa valeur (exprimée en ohms) joue sur vos sensations au niveau des saveurs, du volume et de la température de la vapeur, et donc du « hit » en gorge. Plus cette valeur est basse, plus la résistance exige de puissance pour fonctionner ; elle produit alors énormément de vapeur et procure un hit plus intense. À l’inverse, une résistance de valeur haute (de 1 à 2,5 ohms) permet de vapoter des e-liquides plus fortement dosés en nicotine sur des matériels de moindre puissance, ce qui est idéal quand on commence. Pour éviter le « dry hit » (ou bouffée sèche), très désagréable et potentiellement nocif, on veillera à ce que la résistance soit constamment alimentée en e-liquide. 

Subohm
Les clearomiseurs « subohm » sont équipés d’une résistance très basse, inférieure à 1 ohm, et s’utilisent à forte puissance (de 20 à plus de 200 watts) sur du matériel adapté. Conçus pour approvisionner en continu la fibre située au niveau du fil résistif et éviter ainsi tout goût de brûlé, voire la combustion de l’atomiseur et la production éventuelle de substances nocives telle que l’acroléine, ils sont appréciés des amateurs d’inhalation directe et de tirage aérien. Leur température de chauffe étant bien plus élevée que celle des clearomiseurs standard, les clearomiseurs subohm génèrent énormément de vapeur et un hit intense, même sans nicotine. Voilà pourquoi ils consomment beaucoup plus d’e-liquide et sont particulièrement adaptés aux e-liquides visqueux, riches en glycérine végétale et faiblement dosés en nicotine (la chaleur et le volume de la vapeur augmentent l’effet de la nicotine). 

Taux PG/VG
Ce taux désigne la proportion de propylène glycol (PG) et de glycérine végétale (VG) dans le mélange qui constitue la base (entre 80 et 90%) de votre e-liquide. Le premier apporte hit en gorge et saveur, tandis que le second procure rondeur en bouche et vapeur abondante. Il doit être adapté à votre matériel et à la manière dont vous inhalez (indirectement ou directement). 
Un fort taux de PG (70/30) donnera un liquide très fluide offrant un hit intense, proche des sensations du fumeur, même avec des batteries moins puissantes, comme celle de l’e-cigarette myblu, dont les cartouches pré-remplies sont dosées à 65/35. Un taux de PG plus équilibré (de 60/40 à 50/50 comme dans les e-liquides classiques blu) offre un parfait compromis entre vapeur, hit et saveur, et n’encrasse pas la résistance de votre e-cigarette. Idéal pour les primo-vapoteurs, c’est le taux PG/VG de la plupart des e-liquides. Un taux de VG élevé (30/70 ou plus) produit une vapeur plus abondante et « ronde ». Très visqueux, il est réservé aux vapoteurs pratiquant l’inhalation directe et disposant du matériel adéquat.

Sweet spot
Cette « bonne vape », littéralement le « point sucré », est ce point d’équilibre qui procure un maximum de plaisir et de sensations à l’utilisateur. Directement influencé par la température de la résistance, il se situe au croisement de plusieurs critères, qui dépendent eux-mêmes des réglages du matériel : type d’inhalation (directe ou indirecte) et de tirage (aérien ou serré), nature et valeur de la résistance (basse ou haute), tension (en volts) et puissance (en watts) de la batterie, nature du e-liquide (ratio PG/VG), dosage en nicotine. La recherche de ce sweet spot est une sorte de Graal pour les vapoteurs. 

Vapeur
La vaporisation correspond au changement d’état du e-liquide, de liquide à gazeux, au contact de la tête de chauffe de l’atomiseur quand ce dernier est soumis à un courant électrique. Il ne s’agit pas de vapeur d’eau, comme on peut parfois le lire, mais des différents ingrédients entrant dans la composition des e-liquides : propylène glycol ou végétol, glycérine végétale, eau déminéralisée, alcool éthylique éventuellement (ce n’est pas le cas des e-liquides blu), nicotine (ou non), arômes. Non toxique pour l’entourage du vapoteur, cette vapeur disparaît en quelques secondes dans l’environnement et ne contient aucune des 4000 substances toxiques dégagées par la combustion du tabac. Elle permet en revanche au vapoteur de conserver les sensations du fumeur, et lui procure, sous la forme de microgouttelettes, la nicotine dont il a besoin. 

Végétol
Le végétol est un des ingrédients de base du e-liquide, concurrent du propylène glycol. D’origine entièrement végétale, il est issu de la fermentation de glycérine végétale et utilisé, notamment, dans les filières cosmétique, alimentaire et pharmaceutique. Cet excellent vecteur de saveurs procure un « hit » satisfaisant en gorge. Des études ont en effet montré qu’il assure une meilleure diffusion de la nicotine : pour le vapoteur, la satisfaction est plus rapide qu’avec un liquide à base de propylène glycol. Moins irritant pour les voies respiratoires et donc plus clément pour les voies respiratoires, le végétol s’adresse également à ceux qui souhaitent abandonner le PG ou vapoter des liquides plus riches en VG, sans pour autant investir dans un matériel spécifique.