Les sels de nicotine sont une des innovations les plus intéressantes qu’ait connues la vape récemment. En augmentant la vitesse d’absorption de la nicotine par rapport à la nicotine base, ils procurent une satisfaction rapide impossible à obtenir avec les e-liquides classiques. En adoucissant le « hit » en gorge, ils permettent également de vapoter des e-liquides fortement dosés à faible puissance, sur du matériel discret et léger. On vous dit tout sur cette petite révolution qui fait de la cigarette électronique une alternative plus efficace et confortable que jamais.


 

Un peu de chimie

 

À l’état naturel, la nicotine est un alcaloïde qui se présente sous la forme saline. Dans les e-liquides classiques, on la trouve sous une forme purifiée de qualité pharmaceutique, dite « nicotine libre » ou « free base », obtenue grâce à un processus d’extraction et de filtrage qui permet de la débarrasser de ses impuretés.

Si elle est facilement assimilable par l’organisme, cette nicotine base présente l’inconvénient de se dégrader rapidement et d’être nettement moins efficace que sous sa forme saline. Avec un e-liquide classique, il faut en effet vapoter de longues minutes pour obtenir une dose de nicotine équivalente à celle que dégage la combustion d’une cigarette.

Pour répondre à cette problématique, les fabricants d’e-liquides ont eu l’idée de ré-ioniser la nicotine base par réaction acido-basique, pour lui rendre une forme moléculaire proche de la substance présente dans la plante. Pour ce faire, ils privilégient désormais l’acide lactique – et non plus l’acide benzoïque, dérivé chimique du benzène. Naturellement présent dans l’organisme, l’acide lactique ne présente aucun danger et ne modifie que très peu les propriétés organoleptiques de l’e-liquide. À fort dosage, la vapeur n’a donc pas le goût acre qu’elle peut avoir avec la nicotine base et les saveurs de l’e-liquide sont parfaitement respectées.

 

Plus de satisfaction, moins de hit

 

L’inhalation d’une vapeur contenant de la nicotine base provoque une contraction du larynx appelée « hit ». Ce phénomène est recherché par les vapoteurs, mais pour beaucoup, au-delà de 12 mg, le hit est trop important et provoque des quintes de toux. Cela peut être gênant quand on souhaite vapoter des e-liquides fortement dosés (en France, ils sont limités à 20 mg/ml), qu’on a peu de temps pour vapoter ou qu’on n’a pas envie de vapoter toute la journée.

Les sels de nicotine offrent un réel bénéfice. En effet, sous sa forme ionisée, cette substance ne franchit pas les barrières biologiques situées dans la gorge et le nez comme c’est le cas de la nicotine base. Son absorption est délocalisée au niveau des alvéoles pulmonaires. Le vapoteur peut donc consommer des e-liquides fortement dosés sans tousser et, par conséquent, obtenir une satisfaction plus rapide. Quelques bouffées suffisent.

 

Comment vapoter des sels de nicotine ?

 

Dans la mesure où le hit est adouci et où la nicotine est absorbée dans les poumons, vapoter des sels de nicotine en sub-ohm et en inhalation directe (Direct to Lung) expose au risque de surdosage. Il est donc fortement conseillé de vapoter en inhalation indirecte (Mouth to Lung), à faible puissance et sur des résistances élevées. Les podmods de type myblutm sont parfaitement adaptés. Ça tombe bien : ils sont super tendance !

 


Pour en savoir plus : 

Les risques et les dangers de la e-cigarette : https://www.blu.com/fr/FR/blog-ressources/news/les-risques-et-les-dangers-de-la-e-cigarette/les-petits-maux-de-la-vape.html

Quelles sont les meilleures cigarettes électroniques : https://www.blu.com/fr/FR/blog-ressources/news/quelles-sont-les-meilleures-cigarettes-electroniques-/quelles-sont-les-meilleures-cigarettes-electroniques.html

Partager

Haut de page

GET 10% DISCOUNT ON YOUR FIRST BLU ORDER!

Sign up to be the first to know about upcoming deals and receive 10% off your first order.

Non merci